Une photographie de Jim Hayes

Une photographie de Yann Beauson


comme une vague…

par Jean André Constant

Transatlaniques

Sommaire

quand ils arrivent
à l’arrivée du temps
 
ce n’est pas la vague
que poussent les voiles
jusqu’aux portes de leurs coeurs
 
 
mais comme une vague
quand ils arrivent
à l’arrivée du temps
 
c’est comme si une grande vague
les charriait
ou des colonnes de pluies
transportées par un souffle tropical
 
ou qu’ils n’étaient que la vague
d’orage pèlerin qui roule sur la mer
 
comme une vague
quand ils arrivent
à l’arrivée du temps
 
ce n’est pas une vague de joie
qui fait danser l’anse des âmes marginales
 
ce n’est pas une vague d’amour
qui baigne les marges
d’innocence et d’incandescence
 
c’est plus fort que la vague
 
pas comme une vague de confusion
qui fait trafiquer
les marguerites en saison de fête
 
pas une vague d’amertume
qui les côtes de l’aube ronge
 
comme une vague
quand ils arrivent
à l’arrivée du temps
 
pas comme une vague de musique
pour chasser l’anxiété
à chaque nouveau départ
 
 
pas une vague d’images
qui reviennent à chaque fois
que les nuits perdent de leur guerre
 
c’est plus vague que la vague
 
et ce semblant de vague
nous emporte comme la vague
aux confins des libertés
 
et nous sommes part de la vague
 
comme une vague
quand ils arrivent
à l’arrivée du temps
 
et cette vague
c’est encore nous
transportés hors de nous
comme si nous étions déjà arrivés
 
encore était notre destinée
toute différente de la vague
qui transporte quelque chose
comme une vague

 

Jean André Constant
Auteur de Folitude
Editions Pages Folles