Une photographie
de Yann Beausson

LES DERNIERES PARUTIONS EN REVUE

par Jean-Pierre Lesieur
(rédacteur en chef de la revue Comme en poésie)

GROS TEXTES n° 34 été 2002
parution trimestrielle.
Abt à 4 numéros 16 euros.
Yves ARTUFEL,
Fontfourane,
05380 Châteauroux les Alpes :

Revue pratique au format de poche, c’est à dire qui tient bien dans une poche et qu’on peut donc lire partout, même si on ne prend pas le métro. GROS TEXTES publie des auteurs lisibles, qu’on peut appréhender sans le dictionnaire. Au sommaire de ce numéro : l’édito d’Yves Artufel qui revient sur la nov poésie, Lesieur, L’anselme qui signe un propos d’intellectuels, plein de verve, Lahu, Sagault, Chavardès, Bulting, Vialle Lecomte, Fournier et Dowling, Bella Sponga, Pierre, Baha, Remacle, Degoutte, Julien Ferdinande, Lanza, Carrera, Held, toujours en forme, Dejaeger, Kriesel et Barker, Note de lecture d’Albarède et revue des revues par Yves Artufel assez complète et spirituelle. On n’est pas obligé de pleurer en poésie.

J’aime bien cette revue, son éclectisme, et le mélange entre dessins, nouvelles, proses et poèmes, qui donne à l’ensemble une agréable impression de convivialité.


GROS TEXTES 35 - LES ALPES VAGABONDES N°36
trimestrielle.
abt à 4 numéros 18 euros.
Joelle Rapaie,
7 avenue Jean Jaurès 05000 GAP

Ce numéro spécial a pour thème DETOUR PAR LES MONTAGNES C’est une coédition avec la revue GROS TEXTES et il est bien que des revues de poésie de sensibilité voisine (et même de sensibilité différente) se mettent ensemble pour publier un numéro de revue. Chez GROS TEXTES c’est d’ailleurs une habitude car c’est fréquent qu’elle donne la parole à une revue amie qui prend une grande partie du sommaire.

Le but était de faire écrire sur la montagne des auteurs GROS TEXTES qui ne vivent pas à la montagne « la montagne c’est comment vu de chez toi ? ». Une prochaine coédition regroupant cette fois des auteurs de l’arc alpin, paraîtra en 2003 au format ALPES VAGABONDES.
On peut y lire : Alain Sagault, Philippe Fournier, Patrick Joquel, Roger Lahu, Jean-Claude Touzeil, Claude Held, Franc Vialle, Bruno Sourdin, Daniel Biga, Jacques Canut, Michèle Caussat, Yves Humann, Slaheddine Haddad, Jean-Claude Leroy, Michel Pierre, Madeleine Roux, Anne Poiré, Roland Fuentès, Jean-Pierre Lesieur, Claude Vercey, Michel Bourçon, Roland Nadaus, Alain Guillard, Yves Artufel, Jean-Louis Massot.


TRAVERSEE N°32
trimestrielle.
Abt à 4 numéros 11 euros.
Faubourg d’Arival,
43, 6760 Virton. Belgique.

Une revue belge, comme il y en a pas mal (aidée par la province du Luxembourg) 24 pages de chroniques, très documentées, tout ce qui paraît dans les trois mois en France et en Belgique est chroniqué plus 48 pages de poèmes et textes divers.

Chroniqueurs : Paule Marie Duquesnoy, Béatrice Gaudy, Jean-Paul Gavard-Perret, Soisik Libert, Paul Mathieu, Gérard Paris et Patrice Breno.

André Doms et Paul Mathieu, se lancent sur les traces d’Alexandre Voisard. Poète né en 1930 qui vit en Suisse et a obtenu le prix Max Jacob en 1996.Gavard-Perret pénètre dans l’érotique du poète grec d’expression française Théo Crassas avec l’affirmation : « Si Dieu existe c’est une femme » Jean Louis Bernard, Alain Bertrand (sur un tableau de Jean Morette), Pascal Nino Biagiotti, patrice Blanc, Jérémie Bossone, Patrick Devaux, Louis dalla Flor, jacques Kindo, Isabelle Kronz qui réclame « le droit aux hommes », Yvette Vasseur, Jean Christophe Ribeyre, Marcos Winocure pour Primo Levi et Auschwitz, Nacer Boudjou pour une nouvelle qui se passe en Algérie d’aujourd’hui et qui fait frémir, Patrice Breno, composent le reste du sommaire. Un agréable moment de lecture en somme.


NONIOUZE n° 15.
abt à 5 numéros 10 euros
Roger Lahu
7 grande rue 49750 Rablay sur Layon

Si NONIOUZE n’existait pas il faudrait l’inventer. En guise d’édito les comptes d’Arthur à Aden, puis Bourgel avec un dépliant en feuilleton, Lecoq, Gueno, Ayreault, massot, Verdin, roquet, Gelé, Held, Dejaeger,Tholomé, Gorin-Camard, Jean Claude Martin, jeannès glaneur de mots : série des natures mortes comme des listes de courses ménagères, Phan Kim Diem, Bourçon, Belleveaux : chroniques du vent Dubost, Fradet, Leroi, Bulting, Wasselin, Laurant, Le pennec, Curtennaz, Artufel.

Voilà pour les auteurs, s’y ajoute l’ esprit maison qui est à la déraison et à l’absence de prise de tête, même pour les choses les plus sérieuses. Un ton inimitable dans les chroniques. De la passion dans les rouages. Du gouleyant dans les gosiers.


TRACES n° 147
trimestrielle.
Abt 13,72 euros (4 numéros)
M.F.Lavaur
44330 Le Pallet.

N’est-ce pas la doyenne des revues de poésie française ? J’ai l’impression depuis que Lavaur était monté à Paris il y a bien longtemps et que je l’ai vu mettre des tracts pub sous les essuie-glace des voitures que sa revue a toujours fait partie du paysage. Il doit être le seul à pouvoir mettre autant de poèmes et de poètes dans un espace de 40 pages.

Les poètes : Martinez, qui dirige aussi la revue Diérèse, Poupas avec des haïku, Troasel, Poiré, Riquier, Thomas, Ligne, Gaudy, Le scouarnec, Rohu, Throo, Guillaumond, Canut, Sevin, Angibaud, Guillaumond, Dagadès Cathalo, Hiriart, Laurant, Lanza, Picavet, Clod’aria, Noël-Ranaivo, Caussat, Lebeau, Fiermonte, Macé, Lades, Fendler, Despert, Delavet, Caradec, Dubois, Couliou, Touzeil, Arabo, De monte, Pellerin, Serreau, Nocent, Antier, Charland, Nadaus, Cailleau : la poésie à l’école, Guillemot, des critiques de Gaudy, Chatard, Echomentaires de Lavaur dans l’esprit de sa fourbithèque, Guigou, Cailletaud,, lecuyer, Le Blavec,Halbert, et pour clore la revue, 103 haïku du maître de cérémonie, Lavaur.

C’est une mise en page qui rebuterait le meilleur des chiffonniers, mais pour la poésie c’est une délicieuse promenade qu’il faut mériter en allant chercher dans tous les coins, coin-coins et recoins.