DEGAINE TA RIME !

SOMMAIRE DES REVUES

Rédacteur en chef : Daniel Leutenegger

Siège social :
Association Imagin-Quarto
"La Guillotière"
04 rue du vieux Bard
03450 EBREUIL

ISSN 1288-5142

Prix de la revue : 7€ (8€ pour les pays de la CEE et 10€ pour les autres)

Abonnement 42€ pour la France
48 € pour l’étranger (CEE)
59 € pour l'étranger (USA... )

Chèque ou mandat à l'ordre de L'ASSOCIATION IMAGIN-QUARTO

site : http://pageperso.aol.fr/degainetarime/index.html
mail :degainetarime@aol.com

Il s’agit d’une revue de poésie créée par Dan Leutenegger, qui en est le rédacteur en chef/metteur en page, aidé dans sa tache par Jacqueline Rode, sur la base d’une structure associative, l’association Imagin-Quarto.

Comme beaucoup de revues de poésie actuellement publiées dans le monde francophone, il s’agit d’un travail artisanal, au bon sens du terme, c’est à dire que les responsables font tout : réception et choix des textes, mise en page, diffusion. Le rythme de publication est très correct : un numéro tous les deux mois, peu de revues sont capables de tenir ce rythme.

Sur le fond, Dégaine ta rime ! a choisi de publier des poètes contemporains de qualité, sans exclusive dogmatique contre tel ou tel courant. On y trouve des poèmes aux sons très différents, depuis des poèmes de facture assez classiques jusquà la poésie minimaliste ou une poésie plus lyrique.

Mars-avril 2002-03-11, numéro 21

 Un numéro qui rime plus vite que son ombre !

40 pages denses, au format A4, autant dire beaucoup de matière…

Pour commencer, un excellent édito de Jean Barbé, poète que nous connaissons bien sur EV ? puisqu’il y anime l’atelier d’écriture et qu’il y a été souvent publié.  J.B. n’y va pas par quatre chemins :

Force est de le constater, briser la rime ou casser l’alexandrin coûte que coûte, en toute circonstance et dans le mépris ou la totale ignorance e la moindre harmonie, est le plus souvent le subterfuge des « incapables de s’en servir » et incapables tout autant de proposer autre chose qui ferait pour le moins évoluer l’expression poétique en ce qu’elle doit avoir de singulier, (si un Mallarmé, comme un Hugo avant lui, avaient su remettre en cause certaines règles, ce ne fut jamais qu’en imposant et satisfaisant à d’autres plus ou moins directement…). (J.B.)

 

On le voit, Jean Barbé refuse la facilité  en poésie, sans pour autant refuser l’imaginaire, et à condition que celui-ci « permette d’exprimer malgré tout la réalité ».

Parmi les poètes publiés dans ce numéro, plusieurs auteurs bien connus et publiés aussi sur EV ? : outre Jean Barbé, Michel Bourhis avec son très beau « sur le port de Roscoff », mais aussi Mireille Seassau (notre présidente du comité poésie) ; Laurence de sainte Maréville ; Leila Zhour…mais aussi d’autres que je découvre, comme Alain Girard ou Colette Hadad.

J’ai découvert aussi Catherine Lange et deux  de ses très beaux poèmes : Libertad et Thé au harem...

  Dans ma prison sans murs
j'assassinais les heures,
ignorant tes promesses
je contemplais la vie entre des grilles aveugles
tissées de certitudes,
je griffais ton sourire et je mordais ta chair
croyant te posséder. 
Le remugle dérisoire des euax mortes du coeur
me remontait aux lèvres
et je dérivais, ivre de solitude
dans ce désert acide
où ton rêve-mirage tatoué sur mon néant
attisait mes blessures.
Sysiphe ressuscité, je n'étais qu'une esclave
au sang figé d'orgueil. (...)

Libertad, Catherine Lange

 

Malgré son titre, Dégaine ta rime ne se contente pas de publier de la poésie. On y trouve aussi un polar à épisodes, le « polar qui dégaine ». Premier chapitre de « Kid le vieux », de Pierre Poirier-Badie, qui démarre d’une façon particulièrement croustillante et drôle.

 

Pour résumer, un numéro  intéressant, dans une revue qui visiblement  ne se moque pas de son lecteur. Vous pouvez vous abonner, vous ne serez pas déçu !

 

Jacques Teissier