Le livre de l'ensoleillement
de Daniel Leduc,
(éditions numériques) par Marie Bataille

sommaire de la rubrique

 

 

   LA MARCHE EST UN OISEAU QUI PLANE

Dans la marche, c’est le vent intérieur qui nous pousse. Et sur quelle banquise allons-nous amarrer nos soleils ?

Nous cherchons à mettre nos pas dans les pas de nos ancêtres, mais toujours nous dévions, tel l’étranger qui s’interroge sur le sens des étoiles.

Nous marchons sur des pas qui marchent sur des pas, puis glissons. Et la trace de nos rêves s’inscrit sur le passé, comme sur du sable mouillé par l’océan, et séché par le vent qui tourne dans nos têtes.

L’apesanteur est l’idée qui s’envole quand nous avançons sur des terres étrangères. Car volatile est cette idée qui prend naissance sur l’ultime continent, dans une cinquième saison. Subtile et volatile comme un ballon que le cœur remplit de mots assassinés.

La marche nous porte du centre à la circonférence, de soi aux alentours du monde. Elargir la vision du cercle ; et le cercle du regard ; et le regard de la vision ; et l’abstraction du verbe.

La marche est l’enfance. Et l’oiseau plane au-dessus de l’enfance. Il perçoit ce que le rire est aux larmes, ce que le cri est au silence. L’oiseau, la marche est dans l’oiseau, comme le vol est dans le pas qui se suspend devant l’abîme. […]

 

 

 

Le recueil s’ouvre sur ces mots. Des mots qui avancent en cercles concentriques ou en cercles excentriques, en une longue déambulation qui va de l’être au monde ou du monde à l’être. Système complexe et pourtant simple de résonances,  le recueil se déroule en boucles qui se développent de poème en poème et qui viennent rebondir sur le poème précédent, se rattachant à lui par leitmotiv ou par réseau de sens.

 

 

UN MOUVEMENT A LA SURFACE DES APPARENCES

 

[…] Quand l’oiseau rêve, il aime son chant. Quand le nomade s’arrête, il aime son pas. Quand le conteur se tait, il aime son rêve, et son pas, et son chant. Et le rêve de son chant. […]

 

Le poème suivant reprend l’idée au vol et les mots qui attachent l’idée, la lient :

 

QUAND LE CONTEUR S’ASSIED SOUS LA LEGENDE D’UN ARBRE

 

Quand le conteur se tait, il aime ses mots, il aime son rêve, et le rêve de ses mots. Quand il se tait, le silence raconte l’invisible, le temps devient une étoile.[…]

 

 

Daniel Leduc nous a déjà montré son attachement à l’origine, son goût pour la marche vers l’amont dans L’enseignement de l’aube.

Avec ce dernier recueil, il se livre à un lent travail d’alchimiste. Si le poème – car il s’agit bien d’un poème tant les différentes parties s’emboîtent les unes dans les autres –  se déploie en une longue métaphore filée,  celle du cheminement vers le sens, vers le verbe, il joue sur la figure essentielle et emblématique de l’oxymore. N’est-il pas la figure de l’alliance des contraires ? celle qui peut exprimer au mieux la transmutation d’une chose en son contraire ? Le très beau passage sur la mère peut en donner une idée :

 

LA MERE SE PENCHE SUR SES JOURS

 

[…] La veille de sa naissance, la mère devint enfant, et l’enfant devint mer.

Un oiseau est comme un mot qui passe entre un ciel de lèvres. Jamais il ne repassera par-là avec le même battement d’ailes.

Ma mère m’enfanta le jour de sa naissance. Elle commit l’irréparable acte d’amour de naître et de mourir par son premier cri qui retentit en moi tout au long de ma vie.

J’ai accouché ma mère tout au long de ma vie, au long de ma vie… et ma mémoire n’a plus de temps mais de l’espace pour naître encore.[…]

 

On retrouve, d’une partie à l’autre, les mêmes thèmes, étroitement liés les uns aux autres : la vie et la mort, l’origine et la mémoire, le cheminement et le vol, l’oiseau et l’enfant, la lumière et l’ombre, le nomade et le conteur, images du poète…

 

Je ne crois pas exagérer en disant qu’il s’agit là d’un poème cosmique dans lequel le poète embrasse, étreint la création dans ce qu’elle a de plus impalpable, dans son mystère même. Il en pénètre les arcanes, atteint son ventre, en accouche les mots, le Livre. Opère la fusion en mettant à nu l’envers de son apparence.

 

Le recueil mérite d’être lu et relu. Et voici, pour les lecteurs avides, les derniers mots du livre, du moins ceux qu’on peut lire avant LE LIVRE QUI SE DELIVRE (je renvoie les lecteurs au coup de projecteur pour l’intégralité du dernier texte, celui qui clôt le recueil) :

 

UN ANCETRE EST L’ENFANT DE SOI-MEME

 

[…] Un ancêtre s’appuie contre un arbre. Au toucher de l’écorce, il reconnaît la caresse du temps, ses aspérités, ses ruptures.

Le corps de l’arbre paraît être son propre corps, sa propre certitude.

L’ancêtre s’implante dans le passé, dans la terre du verbe. Il croît jusqu’à la parole donnée, celle qui provient de la source de l’aube, celle qui dénude les fils d’Ariane, qui enflamme les océans, les nuits sans lune.

La mer est dans l’arbre, comme le sont le silence et le cri.

Le tout est dans l’arbre, l’infime et l’Infini.

L’ancêtre recrée le vide. Il perçoit l’inaudible, l’incolore, la transparence.

Son vertige est dans la rigidité de l’arbre ; sa stabilité, dans la bourrasque qui rompt ou ploie.

Il inscrit des mots sur des feuilles qui s’arrachent et déambulent. Il inscrit le livre.

Et des pages se tournent et se retournent ; s’offrent ou se contournent.

Rien n’est dit quand tout est dit.

Le présent est offert par le passé.

L’invisible prend forme…

Et l’ancêtre s’appuie pour tenir, pour équilibrer force et faiblesse.

L’arbre pousse ou retient son cœur est de venir.

La magie n’est pas dans la magie.

Lumière, ombre palpitante.

L’ancêtre avance dans l’arbre comme il s’immobilise dans le mouvement.

Sa pensée tisse du presque rien avec du je ne sais quoi. Du peut-être avec de l’être peu.

Un horizon se déplace dans ses yeux.

L’horizon fuit l’horizon.

L’arbre, ami sensible des mouvances.

L’ancêtre se nourrit de son élan, celui des branches, des oiseaux dans le vent.

Tout peut renaître quand la mort se souvient.

Tout peut devenir autre.

L’arbre s’éveille dans la conscience d’être oiseau quand l’oiseau est dans l’arbre.

Arbre qui est bois ; bois qui est forêt ; forêt qui est arbre…

L’ancêtre cache la forêt qui est arbre.

Il chante l’oiseau, frémit la feuille, murmure le ruisseau.

Qui rejoint le fleuve

qui rejoint la vague.

Murmure la phrase

qui rejoint la phrase.

L’arbre est feuille, l’ancêtre est livre.

L’enfant est vol.

La mer est Oiseau.

  

  Daniel Leduc

 Pour acquérir cet ouvrage 
Le livre de l'ensoleillement
:

 manuscrit.com
5 bis, rue de l’Asile Popincourt
75011 PARIS

contact@manuscrit.com

 Prix : 6 € 90

Marie Bataille