malraux.jpg (4351 octets)
Malraux à travers son oeuvre romanesque
par Marie Michèle Battesti-Venturini
Enseignante à l'Université de Corse

1. Lunes en papier.
2. La tentation de l'occident
3. Les conquérants
4. La voie royale
5. Le temps du mépris
6. L'espoir
7. Le démon de l'absolu

Sommaire de la rubrique

Quelques sites sur André Malraux

***************
Amitiés Internationales André Malraux

***************
Un site très complet sur André Malraux réalisé par le ministère des affaires étrangères

**************
Par le service Culturel de l'Ambassade de France au Canada : Malraux

***************
Le serveur du ministère de la Culture propose des enregistrements des grands discours d'André Malraux.

*************
FR3 et son émission consacrée à Malraux dans la série "un siècle d'écrivains"


L'ESPOIR


Le 6 février 1934 André est Malraux suit avec beaucoup d'attention le coup de force qui a failli compromettre la République et la démocratie: en effet les ligues d'extrême droite envahissent la place de la Concorde, dans le but de s'emparer de l'Assemblée Nationale. Paris est livrée à la rébellion. Bilan: seize morts chez les manifestants et un garde abattu du côté des forces de l'ordre. Mais Malraux particulièrement dubitatif à propos d'un fascisme à la française ne se rend donc pas au Rassemblement populaire qui réunit des organisations de gauche et qui deviendra l'été 1936 le Front Populaire. André Malraux continue quant à lui à se focaliser sur le nazisme. C'est à cette époque-là que Léon Trotsky est exilé du territoire français. Malraux participe à de multiples rassemblements. Mais il se préoccupe de plus en plus de l'Espagne.
L'Europe sombre de plus en plus vers le fascisme. En Octobre 1935 les troupes de Benito Mussolini envahissent l'Ethiopie. En février 1936 le " Frente popular ", coalition de gauche, remporte les élections. Quelques mois plus tard, la guerre civile espagnole éclate. Franco se sert de l'assassinat de José Calvo Sotelo, chef du parti monarchiste, pour déclencher un coup d'état contre le gouvernement républicain de Madrid dirigé par Casarès Quiroga. Ce dernier se retirera le 19 juillet. On assiste alors à un véritable défilé de dirigeants. Les rebelles rejoignent Burgos le 23 juillet. Le gouvernement français par la voix de Léon Blum affirme le principe de la non-intervention en Espagne. L'Allemagne et l'Italie se rangent du côté de Franco. Moscou envoie son aide et favorise la création des Brigades Internationales. Le couple Malraux arrive en Espagne le 21 juillet où il est accueilli par l'écrivain José Bergamin. Malraux prend contact avec les républicains et définit les besoins. Le retour de Malraux en France est motivé par une mission bien précise: se procurer des avions pour sauver la liberté. Le gouvernement français, bien qu'il n'apprécie guère, laisse Malraux agir comme il l'entend. Il obtient enfin une trentaine d'avions, et en tant que " colonel ", il fonde l'escadrille " España ".

André Malraux s'installe donc à Albacete. Du côté des républicains son action n'est pas toujours bien perçue. Mais il a le soutien des intellectuels antifascistes comme Rafaël Alberti, Antonio Machado, Pablo Neruda, Léo Felipe et José Bergamin. 

Séparé de Clara il se rend aux Etats-Unis en compagnie de Josette Clotis pour sensibiliser les Américains à la tragédie espagnole et obtenir une aide financière. 
Il se distingue encore une fois par son éloquence verbale en narrant les exploits de l'escadrille " España ". Parallèlement il rédige un nouveau roman: L'Espoir paraît en décembre 1937 aux éditions Gallimard. L'ouvrage évoque les débuts de la guerre civile espagnole que Malraux avait vécu en tant que chef d'escadrille d'aviateurs étrangers. 

Idéologiquement, L'Espoir s'inscrit dans la perspective qui était alors celle du parti communiste: priorité absolue à l'effort de guerre, à la discipline, à l'organisation, avec tous les renoncements que ce choix implique. Cette thèse est toutefois nuancée par plusieurs éléments romanesques, une série d'entretiens, notamment, où les anarchistes s'interrogent sur la valeur d'une victoire obtenue en sacrifiant " l'être " au " faire ", ou encore certains passages où l'action efficace semble pouvoir s'accomplir dans la plénitude de la fraternité. Sur un autre plan, le roman poursuit la réflexion métaphysique qui fonde toute l'œuvre de Malraux. Au-delà du fascisme, les personnages affrontent en effet le " destin ", c'est-à-dire ce qui est " extérieur à l'homme ", et lui donnent " conscience de sa condition " : ici, essentiellement, la sérénité du monde, l'indifférence cosmique sur lesquelles se profilent plusieurs grandes scènes de l'ouvrage. A cet égard, L'Espoir s'oppose à La Condition Humaine en ce qu'il présente un passage du tragique à l'épique: l'homme se mesure à ce qui le dépasse ( " une escadrille plus noble que ceux qui la composent ") mais sans que ce geste conduise nécessairement à l'échec ou à la mort.

Donc la guerre civile espagnole n'est qu'un repère historique pour le roman. Le roman se divise en trois parties: l'Illusion Lyrique,  organiser l'Apocalypse, Être et Faire. Dans ce roman Malraux raconte tout le conflit en surface et en profondeur. Manuel, personnage principal puise sa force dans la fraternité. La mort, thème privilégié de Malraux revient souvent dans les conversations qui prennent vite l'allure de discussions philosophiques. On ne peut donc pas considérer ce roman comme un reportage. André Malraux a voulu que cet ouvrage soit le symbole du triomphe sur la tyrannie et sur la mort. 

La critique accueillit favorablement L'Espoir, surtout Marcel Arland, Paul Nizan, Gaétan Picon, et même Robert Brasillach.

C'est alors qu'André Malraux se fixe un nouveau projet: réaliser un film à partir de ce roman. Le tournage débute à Barcelone le 20 juillet 1938 avec l'accord du gouvernement républicain. Corniglion-Molinier en est le producteur. Mais en janvier 1939, Barcelone est occupée par les forces franquistes du général Yaguë et le tournage du film est interrompu. C'est donc dans les studios de Joinville que se parachève le tournage du film de Malraux intitulé Sierra de Teruel Sa première présentation se fit au cinéma Le Paris sur les Champs Elysées. Malraux entrevoit une manifestation plus remarquable pour le mois de septembre mais Hitler vient de s'emparer de la Pologne et la guerre mondiale éclate. Le film de Malraux ne réapparaîtra qu'après la Libération en 1945 sous un nouveau titre: Espoir. Il obtiendra d'ailleurs le Prix Louis Delluc.