Musée de La Poste,

sur Internet

Sommaire de la boîte à images

     Je viens de découvrir avec ravissement le site internet www.laposte.fr/musée

Le musée est situé au 34 bd de Vaugirard, à Paris 15e, mais, pour une fois, je ne le visiterai  que par "voie Internet". Il faut dire, à ma décharge, que le site est complet et traite les différents axes tant historiques qu'actuels avec force détails et photos anciennes. Une pure merveille !

Les Collections permanentes sont détaillées en 15 salles, rien de moins !

Au fil des salles est raconté La poste de son origine à aujourd'hui. On nous montre les relais de poste, les maîtres de poste, les postillons avec une explication illustrée à chaque fois. Un grand nombre de renvois permettent d'avoir une idée précise sur les routes, les diligences, par exemple celles qui reliaient Paris à Lyon en 1770, en 5 jours en été et 6 jours en hiver…

Les malles-postes apparaissent en 1793 et peuvent transporter une à quatre personnes et relient Paris à Lyon en 34 heures. Elles disparaîtront en 1857.

Puis c'est le télégraphe, grâce aux frères Chappe qui proposèrent aux pouvoirs publics un système ingénieux qui restera en activité pendant plus d'un demi-siècle. D'abord réservé à l'Etat, il fut ouvert aux particuliers en 1851. Bien sûr, il ne pouvait fonctionner que le jour, par temps clair. Les machines étaient séparées de 10 km les unes des autres; une dépêche émise à Calais mettait une heure quinze minutes pour être connue à Paris, celle de Strasbourg une heure vingt minutes, celle de Toulon trois heures.

Le télégraphe de Samuel Morse – qui était un peintre de son état – utilisera les propriétés de l'électro-aimant découvertes par Ampère. La première ligne installée le fut entre Washington et Baltimore en 1844. La France l'adopta en 1854.

Voici ensuite le temps des grandes réformes. Jusqu'en 1830, les habitants des campagnes ne disposaient d'aucun service de distribution des lettres à domicile. En cette même année, on créa le service rural. Le facteur devait marcher tous les jours de la semaine sans un jour de repos, malgré le vent ou la neige. Certaines tournées dépassaient les 40 km ! En 1849, les Français ne recevaient en moyenne que trois lettres par an. C'était le destinataire qui devait payer le port de la lettre, qui était élevé. En 1848, on baissa considérablement le prix de la lettre et on uniformisa son prix sur tout le territoire. Cette réforme fut concrétisée par le timbre-poste.

Pendant le Siège de Paris, on utilisa différents modes de communication, comme le pigeon voyageur. Malheureusement, les Prussiens les tiraient au fusil ou lançaient des faucons à leur poursuite. Sur 302 pigeons envoyés sur Paris entre le 16 octobre 1870 et le 30 février 1871, 59 seulement arrivèrent à destination. Puis, des ballons-montés furent affrétés par l'administration des postes. Les lettres ne devaient pas dépasser 4 grammes ! Les aérostiers étaient choisis parmi des marins habitués aux périls de la navigation.

L'utilisation de la force motrice due à la vapeur changea totalement l'organisation de la poste. Les trains feront disparaître les malles-postes ; on créera des bureaux ambulants, puis des paquebots-poste relieront l'Amérique à l'Europe, en 1857, la Chine en 1861. Dans les villes, on installa le pneumatique, en 1866. L'acheminement du courrier se fera par déplacement d'air dont le réseau est mis dans les égouts et chaque bureau relié à son homologue. En 1957, le réseau mesurait 400 km. La vitesse moyenne d'acheminement était de 600 à 700 mètres à la minute pour 35 lettres envoyées en une seule fois. Ce réseau cessa en 1984. Ce système connut un grand système : au début du siècle, 14 millions de plis empruntèrent les souterrains de la capitale.

Pendant longtemps, les bureaux de postes demeurèrent inadaptés à l'accueil du public de plus en plus nombreux. En 1901, est créé le corps des architectes des PTT et de vastes hôtels des postes verront le jour au même titre que la mairie ou l'école comme autant de symboles de la République. À partir de 1893, on dota le facteur d'une bicyclette, mais comme son prix reste élevé l'administration donne, en 1902,  une indemnité au facteur qui en fera l'achat. Toujours d'actualité, la bicyclette représente encore de nos jours, 40 % des tournées (chiffre de 1994).

Afin de drainer l'épargne populaire, La poste créa en 1881, la Caisse d'Épargne Postale.

L'aviation fit traverser le courrier sur de longues distances y compris au-dessus des océans. La première liaison postale en France eut lieu en 1913 entre Villacoublay et Pauillac. Ce jour-là, il avait été transporté un sac de 10 kg de courrier. À la fin de la guerre de 1914-1918, on transforma les avions militaires en avions postaux. Puis, c'est l'aventure Latécoère, le premier pays a être relié sera le Maroc en 1919 ; en 1925, Dakar. La première ligne entièrement aérienne entre la France et l'Amérique du sud est inaugurée en 1930. Didier Daurat crée un réseau intérieur de transport postal en France en 1935. Aujourd'hui, c'est par la compagnie Europe Airpost qu'à travers 19 lignes on transporte 500 tonnes/jour de fret pour le compte de La Poste et de ses filiales.

L'histoire du timbre est traitée tout au long des salles 9, 10  11, 12 avec minutie dans le choix des sujets, la création artistique, la fabrication industrielle (typographie, lithographie, taille-douce, héliographie, offset), la vente des timbres, les collections de timbres et les expositions internationales…

La salle 14 montre La Poste et la société à travers la caricature politique, le jouet, voire la publicité. La salle 15 est consacrée à la Poste contemporaine et sa vocation à l'internationale.

Une partie historique est réservée à l'histoire des différents musées de La Poste jusqu'à celui d'aujourd'hui.

Un fond historique collectionne les tableaux qui traitent le thème de la poste : facteurs, bureaux, moyens de transport. Les calendriers (dont le musée possède plus de 6000 pièces), de 1854 à nos jours. Une bibliothèque comporte 15 000 ouvrages sur la philatélie.  Des archives fortes de 700 cartons soit 70 000 pièces sont une mine irremplaçable pour tout historien qui désire étudier les messageries, le service rural, les grèves, etc. L'art contemporain est également pris en compte pour de nombreux artistes qui ont été inspirés par le thème de la poste : 4000 œuvres d'art postal sont ici représentées, notamment une compression de César. Un fond également de 150 000 clichés sur l'histoire de la poste, doublé de 600 films d'entreprise des années 1970 à nos jours. Un fond important porte sur les collections philatéliques. Archives de fabrication du timbre-poste français ; ici est conservé les processus de fabrication depuis 1849. Un autre fond concerne les timbres des anciennes colonies françaises. Les cartes postales, (ce qui est appelé les entiers), les lettres annonces, les cartes-lettres sont aussi archivées. De même pour les marques postales et oblitérations, c'est-à-dire les inscriptions portées sur l'enveloppe avant la création du timbre sont aussi prises en compte. Les timbres-poste étrangers, les griffes, cachets et timbres à date (4000 pièces) sont conservés dans l'avant-dernier fond. Le dernier fond présente les anciennes collections philatéliques privées acquises par dations, legs, donation ou achat.

Ce tour d'horizon est important, comme vous pouvez le voir. Les illustrations sont d'une très grande qualité et souvent inédites. Un pur régal !

 Suivez mon conseil, baladez-vous  tout au long de ces salles, vous serez enchanté d'apprendre autant de choses !

Michel Ostertag