La boîte à images

Responsable : Michel Ostertag

SOMMAIRE

Casimir Ferrer

expose ses sculptures dans la ville de Villefranche-de-Rouergue

Le sculpteur et peintre Casimir Ferrer expose tout l’été une série de 20 sculptures métalliques en plein cœur de la ville de Villefranche-de-Rouergue (Aveyron). Placées aux meilleurs endroits de la ville, ces statues de dimensions importantes créent un espace étrange, une intrusion artistique et poétique dans la vie quotidienne, une rencontre insolite au détour d’une rue, d’une place…  Toutes ces sculptures sont empreintes de lyrisme, d’un dynamisme dans le bronze travaillé à un point tel que chaque œuvre est comme en mouvement, en suspend dans l’air :  L’archange mis au milieu d’un pont plusieurs fois centenaire (voir photo) ou ce violoniste jouant de l’archée en une envolée irrésistible devant le théâtre municipal en sont les exemples.

Ses motifs d’inspiration peuvent être les insectes, les oiseaux, comme le papillon ou la libellule, les colombes ou encore la mythologie comme Diane chasseresse ; mais aussi le toréador, la danse comme le Flamenco, la musique comme le Jazz, la religion comme le pèlerin place de la Collégiale ou le Christ en croix placé dans le chœur de l’église. Comme on le voit, ses choix d’inspiration sont multiples. Chaque détail est ici traité avec soin, dans un souci de réalisme à couper le souffle. Travail d’entomologiste, il me semble !

Ce n’est pas la première fois qu’un artiste sculpteur expose ses œuvres disséminées dans une ville tout entière : je pense à Bottero, sur les Champs-Élysées exposant ses imposantes femmes en bronze tout au long de l’avenue ; je pense à Arnaldo Pomodoro dans les jardins du Palais-Royal, exposition que j’avais relatée dans une chronique d’août 2002 (voir la Boîte à images de EV ?), mais ici, l’organisation de cette expo en plein air propose une originalité : d’après contrat, une fois l’expo terminée, l’artiste laissera à la Ville une de ses statues… Oui, mais laquelle ? La Municipalité a eu l’excellente idée de constituer un Jury qui aura pour mission d’opérer un choix, mais aussi de demander aux lecteurs du principal journal local L’Aveyronnais de remplir un bulletin-réponse en indiquant quelle statue ils préféraient. L’idée est des plus démocratiques qui soit, non ? Ces réponses serviront, aux membres du jury d’étayer leur choix. Une fois désignée, cette statue restera la propriété de la Ville.

Revenons à l’artiste. Son art est de donner vie par le mouvement et l’attitude à ces plaques de métal, découpées et cintrées avec maîtrise, assemblées, forgées, soudées et peu à peu le motif choisi apparaît et c’est le miracle de la création….

Il faut dire aussi qu’il y a l’environnement citadin qui joue un rôle d’importance : telle statue dans les jardins de l’Hôtel de ville ; telle autre avec pour décor naturel la vallée du fleuve Aveyron ou encore telle autre à la cathédrale au sommet de la ville donnent à ces statues un décor qui décuple la force intrinsèque de l’œuvre, écrin naturel qui s’associe à l’œuvre, lui offre un surplus dimensionnel, comme un surlignage qui attire le regard du promeneur.

Suprême compliment, on a l’impression que ces statues sont là depuis toujours, qu’elles font partie du décor de la ville, qu’elles ont été voulues par un architecte-décorateur imaginaire aux premiers temps de la ville !

Quel vide vont faire ces œuvres quand elles seront démontées et enlevées. Je n’ose y penser !

Voici quelques statue :

La mante religieuse

Le papillon

Diane chasseresse

Casimir Ferrer est aussi peintre, on peut voir ses peintures sur son site personnel www.casimir-ferrer.com D’un lyrisme coloré intense, de dimensions importantes, on retrouve sur la toile le même goût pour l’envolée lyrique... Originaire d’Albi, autodidacte, il expose dans de nombreuses galeries en France et aussi à l’étranger. Il s’est vu décerner de nombreuses récompenses. On peut voir aussi ses peintures sur le site d’artistes :

www.artactif.com/index/ferrer.htm  

Michel Ostertag

Septembre 2006