Moïra

par Jean-Luc GOUIN


C omme une blanche Athèna issue des hauts cieux
L 'Idée l'accompagna, la divisa en deux
O n l'eût cru luminée par les pores de l'âme
T outefois consumée par le décret des dieux
H aruspice immolée en d'érosives flammes
O uvrage de Kronos dans le secret Logos


L ong cours du puits mère au Soi portuaire
A rrimer en retour depuis demain le jour d'hui
C ristal en main contre Christ en roi
H élène dispute dans ma guerre de Troie
E t moi en Attique d'hier comme Béotien autrefois
S usurrant quelque prière dans la nuit
I l est dit pourtant: contre toi l'ultime guerre
S péos par l'Ariane conduit aux lèvres d'Eros


A pprendre enfin à renaître de ses cendres
T isser les liens du connaître et puis comprendre
R end plus fort, disait Friedrich, ce qui ne tue point
O r la mort même est en friche, n'est plus une fin
P anser le Tout, soigner les plaies, recommencer
O n sait tout c'est qu'on a oublié au Léthé
S ur la voie de Chaos séduite par Kosmos.

Jean-Luc Gouin
Octobre 1998