Amour, littérature et loup-garou,

par Céline Lamy

Discours pour ados dégourdis

Une petite déprime passagère ? Ruez-vous sur un des nombreux romans de Marie-Aude Murail, publiés par L’(excellente) Ecole des Loisirs. Mais ce sont des ouvrages pour enfants et adolescents, me rétorquerez-vous.

Exact. Pourtant, on sait que parfois, les frontières entre ce qu’on appelle la littérature jeunesse et la littérature destinée aux adultes sont minces...et que certains livres dits pour adolescents valent bien d’autres qui s’adressent aux "grands".

Au lieu d’entrer pleinement dans ce débat, reconnaissons la qualité formelle et l’intérêt des livres de Marie-Aude Murail. Ne s’improvise pas auteur de littérature jeunesse qui veut. M-A Murail en est l’exemple frappant : docteur ès-lettres en Sorbonne, sa thèse ayant pour sujet : " Pauvre Robinson ! Ou pourquoi et comment on adapte les romans classiques au public enfantin ", elle est intervenue dans les établissements scolaires et a nourri de ses travaux la réflexion autour de la lecture dans les revues spécialisées.

Avec la série des Emilien, elle a su créer un personnage très attachant, unique en son genre. Emilien, "ado" à la démarche dégingandée est affublé d’une mère très spéciale : presque moche - aux dires de son fiston - , elle n’a pas du tout le sens des réalités ; mais elle est dotée, en revanche, d’un caractère épouvantable. Surtout avec les hommes. Du coup, la vie n’est jamais simple pour Emilien qui heureusement affiche une décontraction parfois feinte, mais teintée d’une maturité inattendue. Sa mère étant souvent sans le sou, Emilien doit s’initier, non sans mal au début, au baby-sitting ( Baby-sitter blues) ou devenir le temps des vacances moniteur dans une colonie ( Au bonheur des larmes). Mais ce n’est pas le tout d’éviter les coupures d’électricité grâce à son petit pécule, encore faut-il qu’ Emilien (qui n’a pas connu son père, déjà mort ) surveille les amours de sa mère...et qu’il livre parfois bataille contre un prétendant qui ne lui plaît pas et appelle, transposition d’un jeu-vidéo, " Marouk le venimeux" ( cf. Le clocher d’Abgal ). La vie serait insupportable sans la présence de sa copine, Martine-Marie, jeune fille sage, en complet décalage par rapport aux autres "ado": blazer bleu-marine, écusson et bonnes manières. A côté de ça, un coeur d’or. Emilien passe son temps à rêver d’elle et à leur existence future : amour fidèle et éternel, mariage dans quelques années et quatre ou cinq enfants programmés. L’exact contre-pied de la vie tumultueuse de Sylvie, sa mère, femme indépendante et instable affectivement. Tous les romans sont racontés par Emilien. Autant dire que le ton est savoureux, oscillant entre humour tendre et ironie grinçante. Le regard de cet adolescent est en tout cas juste et très drôle.

Après avoir cédé à l’engouement pour les récits policiers - elle a en effet consacré sept romans aux enquêtes policières menées par un savant étruscologue

Nils Hazard- Marie-Aude Murail inaugure peut-être une nouvelle série avec son dernier livre : Amour, vampire et loup-garou. Tiens, ce titre vous dit sans doute quelque chose, non ? Amour, gloire et beauté, peut-être ? A la façon des sit-coms, l’auteur annonce de façon parodique les ingrédients qui pimentent son roman et ...doivent, selon une logique toute commerciale dont elle est éloignée, en assurer le "succès".

Il semblerait en tout cas qu’il s’agisse d’ un savant "mélange" d’éléments ayant existé et bien fonctionné dans les séries précédentes : Marianne, l’héroïne est une jeune femme de 22 ans aux lourdes responsabilités familiales ; elle avoue elle-même qu’elle a à sa charge son frère, sa soeur et ...sa mère, femme qui a " épuisé trois maris " et qui a élevé ses enfants " en professant un seul principe : l’autonomie ". On retrouve donc un style de personnages dont les rôles sont inversés : une fille qui a le rôle d’une mère et réciproquement.

Autre chose : Marie-Aude Murail a choisi de conserver une toile de fond policière

qui ne se dresse cependant qu’à la page 43. Un jeune garçon a été retrouvé mort. A partir de ce moment là, les questions propices au mystère et aux frissons fourmillent : cet enfant s’est-il vraiment noyé ? Pourquoi le médecin légiste a-t-il fait un faux rapport ? Qui se cache derrière ce jeune étudiant, Knocker qui grogne comme une bête hideuse au lieu de parler ?

Mais la nouvelle touche est de taille : le surnaturel. Vampire, vous avez dit vampire? Le Centre d’Etude des Phénomènes Paranormaux où Marianne travaille à titre bénévole, s’attache à "démontrer scientifiquement que le surnaturel n’existe pas ". Atmosphère électrique garantie.

Ajoutez-y un sémillant journaliste dont le nom - Sylvère Lomeret- est aussi étrange que ses pouvoirs de séduction et ses compétences professionnelles sont incontestables. Une autre interrogation surgit alors : Marianne succombera-t-elle à son charme ?Voilà pour l’amour.

On peut penser à une autre qui s’apparente à un casse-tête : dans quelle catégorie ranger ce livre ? Dans toutes, sans doute, ce qui est le signe d’un roman véritablement intelligent car il concilie intrigue captivante, histoire d’amour et réflexions sur le monde qui nous entoure. Ne comptez donc pas que les enfants et ado s’abrutissent avec Amour, vampire et loup-garou. Dans cette aventure fantastico-romantico-policière, ils seront confrontés aux critiques discrètes mais efficaces de la vie actuelle peuplée de sit-coms ( encore eux ! ) mièvres et insipides, de jeux-vidéo violents qui procurent un plaisir malsain et dangereux et de gens trop bien pour ne pas être douteux.

Céline LAMY

Amour, vampire et loup-garou de Marie-Aude MURAIL

Ecole des Loisirs. Collection Médium 177 pages, 58 frs