Les sauveurs assassinés
poèmes et proses bilingues français-anglais de
Guillaume Vivier
La Plume Editions, (112 p; 95 F.) 

présenté par Béatrice Gaudy

 

Quelques belles images d'un lyrisme sensible comme dans le poème inaugural : 
Notre fortune 
C’est toutes les innocences 
Et tous les océans 
Les oiseaux de poèmes 
qui flottent sur la surface des pauses 
Et des pages immenses comme des terres 
Où danser, vadrouiller, gazouiller 
Ecalader, s'arroser 
Un galop 

Un vigoureux appétit de vivre qui prend parfois des accents de défi ou de révolte contre les immobiles qui planchent salon ou les puritains et aboutit à la formidable sensation de s'être autocréé
Le rare est aussi et surtout un phrasé joliment rythmé. Les mots s'attirent par leurs sons plus, peut-être, que par leur(s) sens, si bien que Guillaume Vivier se préoccupe fort peu qu'ils soient ou non recensés dans le dictionnaire : 


Dring dring 
réveil ah ! ah ! qui es-tu toi ? 
Bassone, bombarde, lézarde, larigote ? ? 


La ponctuation est elle-même utilisée à la manière de signaux musicaux-visuels destinés à éveiller l'attention ou à prolonger les accents d'un vers comme points d'orgue. Dans tous les cas, elle réjouit le regard. 

ççççç Erection souterraine, gorge sombre. ççççç... 


Cet élan vital ne me semble pas encore avoir pleinement identifié tout ce qu'il peut embrasser. Aussi cette lecture, pour agréable qu'elle soit, génère-t-elle une attente d'autant plus sincère quant aux oeuvres ultérieures. 

112 pages, 80 F, La Plume Editions, 235 C allée Antoine Millan, 01600 Trévoux. 

Béatrice Gaudy