Sabine Dardenne
J'avais douze ans, j'ai pris mon vélo et je suis partie à l'école.
Oh editions !

par Brigit Bontour

" L'Affaire Dutroux " : qui ne se souvient de cette horreur absolue, de ces jeunes adolescentes kidnappées et enfermées dans une cave jusqu'à ce que mort s'ensuive pour certaines ?
Qui n'a pas en tête les images du récent procès et parmi elles celles d'une jeune fille de vingt ans aujourd'hui, Sabine Dardenne qui a vécu 80 jours dans la cave du monstre ?
Sabine, bientôt rejointe par Leatitia a survécu mais à quel prix…..
Celui de l'humiliation, mais aussi de la force vitale qui l'anime et d'une étonnante maturité pour une fillette de douze ans à l'époque. Ainsi elle comprend implicitement que le chef évoqué par Dutroux pour l'épouvanter un peu plus. La dissuader de téléphoner pour qu'elle ne tombe pas sur lui n'existe probablement pas, mais qu'il vaut mieux qu'elle ne tente pas de passer un appel. Alors elle donne le change. Elle harcèle son bourreau en le " soûlant de paroles, de récriminations et de pleurs ". Elle ne se laisse jamais aller, en écrivant à sa mère juste après qu'il l'ait violée pour lui promettre d'être sage, d'aller voir Bonne maman plus souvent, d'avoir de meilleures notes.
Plus tard avec le temps passé dans cette cave, l'horreur de la réclusion, l'usure, elle finira par penser que le chef existe et que Dutroux est son sauveur comme il s'était présenté dès le début.
Sabine écrit dans son cachot pour exorciser l'horreur, laisser des traces de sa jeune vie. Elle laisse même un dérisoire testament : son radio-réveil pour son père et ses bonbons.
Après le procès, elle écrit pour témoigner de l'horreur mais aussi par altruisme, afin que plus jamais des enfants soient victimes de ce genre de monstre. Vœu pieux sans doute mais qui sonne si terriblement juste à travers les mots d'une enfant qui a vécu le pire et s'en est sortie toute seule.
Sans psy, sans aide, comme si d'avoir vécu l'indicible lui avait forgé une personnalité hors norme. Donné une force et une maturité inouïes pour se battre encore et toujours : au début contre ses parents qui la surprotégeait ; des gens qui l'observaient comme une bête curieuse. Aujourd'hui pour vivre simplement comme tout le monde avec un boulot, un ami même si l'on devine que ce n'est pas si simple. Ainsi, elle se reprochera éternellement d'avoir été responsable de l'enlèvement de Laetitia. Elle avait demandé une copine à Dutroux et cru qu'il avait exaucé son vœu en amenant Laetitia dans la cave. Désormais, elle a compris que le passé était le passé et que rien ne le changerait. Avancer est le seul droit qu'elle se donne avec celui d'avoir désormais la paix.

Brigit Bontour