Lucinda Grindle
Comme un cri dans la nuit.
Belfond 340p

par Brigit Bontour

Susannah se reprochera toute sa vie d'avoir été en froid avec Marina sa jumelle et de n'avoir pas répondu à ses appels téléphoniques. Les deux sœurs très proches durant leur enfance modeste, mais néanmoins heureuse se sont éloignées au fil de la vie.
En effet peu après son dernier appel, Marina est assassinée, et Susannah commence à être importunée exactement comme le fut sa sœur avant sa mort. Sa voiture est d'abord vandalisée, elle reçoit de curieux bouquets de fleurs, elle est harcelée au téléphone la nuit. De plus, elle a l'impression d'être suivie par quelq'un qui la connaît depuis toujours, jusqu'à l'appeler par le surnom secret que lui donnait sa mère.
La police ne la croit pas, pense que la mort de sa sœur l'a perturbée. Jusqu'au jour où le lien entre le meurtre de la première et le harcèlement de la seconde semble être établi et pris au sérieux.
Mais Susannah est persuadée que celui qui a tué sa sœur lui réserve le même sort. Alors, terrifiée ne faisant plus confiance à personne, ni à la police ni à ses proches, elle va mener sa propre enquête.
Une recherche qui la mènera dans le sud profond de son enfance où vivent encore d'anciens camarades d'école, et au souvenir de " l'été des incendies ". Un été où des incendies étranges embrasèrent la région, et où un jeune garçon de son âge soupçonné, s'enfuit un beau matin, prenant un bus pour une destination inconnue.

Comme un cri dans la nuit est un roman à l'énergie et au suspens étonnant. Tout le monde peut être le coupable et dès que quelqu'un surgi du passé de sa sœur est arrêté, le harcèlement dont est victime l'héroïne reprend de plus belle. Et l'adrénaline monte au fur et à mesure que le récit s'emballe dans une logique aussi meurtrière, que terrifiante. Dans le droit fil d'une histoire assez simple, qui a tout à voir avec les troubles d'adolescents d'il y a vingt ans.

Brigit Bontour