NANO TERREUR

La Proie
Michael Crichton
Editions Robert Laffont

par Brigit Bontour

Toujours en avance de quelques années, Michael Crichton semble aujourd'hui rattrapé par la terrifiante réalité qu'il met en scène dans son nouveau best seller " la proie ".
En effet, il y a quelques jours, la presse a annoncé que des scientifiques avaient réussi à donner la vie à un virus artificiel à partir de gènes de synthèse. Virus fonctionnant comme un virus naturel et comme tel, apte à s'échapper du laboratoire de ses inventeurs pour semer la terreur dans le monde.
Course contre l'horreur que décrit la Proie.

Jack Forman, un brillant informaticien de la silicon Valley se retrouve au chômage bien qu'il soit à l'origine de nombreux programmes innovants, dont l'un, baptisé Predprey, réunit une somme de caméras microscopiques non repérables.
Basée sur la dynamique prédateur/proie, cette invention mêlant biotechnologie et informatique permet à l'ordinateur d'apprendre par lui-même et de s'améliorer avec l'expérience sans que le facteur humain ne s'en mêle. Fruit d'années de recherches, en intelligence artificielle, cette invention est achetée par le Pentagone pendant que Jack Forman, devenu père au foyer du jour au lendemain, s'ennuie à mourir entre couche culottes, consoles à réparer et devoirs à surveiller.
Sa frustration est d'autant plus grande que Julia sa femme, elle même spécialiste des nanotechnologies travaille vingt heures par jour, délaisse sa famille et présente de sévères troubles de comportement. Naturellement elle a un amant pense le mari au foyer : par exemple, elle se précipite sous la douche en rentrant du travail, alors que jusqu'alors elle la prenait le matin. Pour une preuve, c'est une preuve…

Mais il aurait mieux valu que Julia soit infidèle, car ce que va découvrir Jack, soudain rappelé en catastrophe par ses ex employeurs qui sont aussi ceux de sa moitié le laisse tout aussi épouvanté que le lecteur.
Car son invention " Predprey " devenue folle, a échappé totalement à toute emprise humaine : les milliers de caméras longues d'un vingt milliardème de centimètre forment désormais un nanoessaim doté d'un comportement émergent et attaquent animaux et humains. En fondant sur leur proie comme un animal classique ou en se nichant au plus profond du corps humain. La solution pour la détruire n'existe visiblement pas puisque que l'essaim se reproduit de façon exponentielle. Les chercheurs se retrouvent alors dans la pire situation possible : celle où les robots intelligents échappent à l'homme, ou les essaims de plus en plus nombreux d'heure en heure, faisant preuve d'une extraordinaire faculté d'adaptation menacent les chercheurs et l'humanité de la fin la plus terrible qui soit.

Michael Crichton a, dans la Proie, imaginé l'intrigue du XXI ème siècle : celle où les virus en liberté sont en mesure de décimer l'humanité. Avec lui, la fin du monde n'est pas loin, avec la science qui joue aux apprentis sorciers depuis des dizaines d'années. Les menaces biologiques et chimiques des groupes d'extrémistes sont là pour le rappeler au grand public depuis un certain onze septembre. Toutefois, personne, selon lui, hormis quelques fous œuvrant en secret dans le secret de leurs laboratoires ou de leurs garages ne sont en mesure de préparer autre chose que des attaques ciblées mais limitées. Le nucléaire étant déjà largement dépassé.
D'après le romancier Americain, extrêmement bien informé comme toujours, l'apocalypse ne peut venir que de la jonction explosive entre nanotechnologies, biotechnologies et informatique, dont les virus informatiques ne sont que les timides précurseurs.
Basant tous ses romans sur des sujets de nature visionnaire qui le bouleversent, il est persuadé que la " Swam intelligence ", l'intelligence de l'essaim est l'un des paris les plus audacieux et terrifiants des prochaines années.

D'ailleurs son roman jugé très réaliste a déjà bousculé la communauté des " nanoscientifiques " de la Silicon Valley et l'auteur, a visiblement été happé beaucoup plus vite que prévu par l'actualité la moins réconfortante qui soit.
A suivre.



 

Brigit Bontour