HUIS CLOS NORMAND

Jean Teulé
Les lois de la gravité
Julliard

par Brigit Bontour


Une meurtrière qui veut aller en prison, et un policier désireux de la laisser libre s'opposent dans un huis clos aussi dense qu'original.

" il est monsieur, des amours sans douceur… ". C'est le moins que puisse dire la femme qui vient d'entrer dans le commissariat du lieutenant Pontoise, une valise de sables colorés à la main.
Mariée très jeune à un sadique qui la battait, elle l'a tué dix ans plus tôt et vient se dénoncer avant qu'il n'y ait prescription à minuit pile. Il est neuf heures du soir.
Le policier n'a jamais été confronté à pareil cas et va faire tout ce qu'il peut pour ne pas l'arrêter : en tuant son mari dit-il, elle a sauvé sa vie et celles de ses trois enfants. De là à affirmer qu'elle a rendu service à la société….
Bizarre cette femme qui n'est pas tout à fait venue de son plein gré mais poussée par ses enfants. Comme elle poussa son mari dans le vide dix ans plus tôt ? Ces charmants enfants qui s'amusent à photocopier à l'infini la photo d'identité du mort et à en tapisser entièrement les murs de sa chambre.
Bizarre ce policier qui boit une étrange mixture à base d'éther, d'alcool à 90 et de cachets vétérinaires contenue dans une bouteille à l'effigie de la vierge Marie. De quoi voir dans les délinquants qu'il vient d'enfermer " des grillons tout bruissants et scintillants de chaînes, casqués de rouge, les yeux exorbités avec la vapeur s'échappant des visières…. "
Car pour qu'ils ne se blessent pas en se jetant contre les murs de leurs cellules, il les coiffe de casques de moto.
Etrange aussi sa façon de raconter comment il vole des roses dans les jardins publics ou a laissé pour mort un type, la veille d'être reçu au concours de la police.
A moins qu'il ne parle sans fin pour faire passer le temps, dépasser minuit et ne pas emprisonner la jeune femme.
Difficile à dire tant l'atmosphère de ce livre est troublante, envoutante, sur fond de misère ordinaire et d'environnement oppressant : les côtes de Normandie, un pays de " taiseux " qui n'en pensent pas moins. C'est dans un huis clos éprouvant tiré d'un faits divers que la meurtrière et le policier marginal vont s'affronter jusqu'à minuit.

Brigit Bontour