Patricia MacDonald

J’ai épousé un inconnu

Albin Michel 384 p.

 

 

 

par Brigit Bontour

Emma une jeune psychologue dans un centre pour ados mal dans leur peau vit un authentique conte de fées : très amoureuse de David un beau journaliste, elle l’épouse étant enceinte de quelques mois. Seules ombres au tableau, sa meilleure amie, la femme de son employeur s’est suicidée quelque temps auparavant et la jeune femme reçoit de très inquiétantes lettres anonymes

Et en effet, la vie rêvée d’Emma va basculer dès le soir de la nuit de noces qu’ils passent dans une cabane perdue dans les bois, propriété de l’oncle de son mari : tandis que celui est parti couper du bois, elle est agressée par un inconnu masqué qui la rate de peu mais tue un chasseur qui passait dans les parages et voulait lui porter secours. Trop longtemps absent lors de la tentative de crime, son mari dira avoir lui aussi avoir été victime de l’assassin.

La police ne le croit pas et pense tenir le coupable sans toutefois avoir de preuves contre lui. Mais Emma est assez riche pour que le mobile de son assassinat soit l’argent et David, très vite s’avère être au moins mystérieux, au pire suspect : il ne se rend pas aux rendez-vous professionnels auxquels il prétend être allé. Il a été vu dans la cabane deux mois plus tôt en compagnie d’une autre femme alors qu’il dit ne pas y être retourné depuis son enfance. Et cerise sur le gâteau, il prend un avocat, refuse de coopérer avec la police et empêche également Emma de collaborer. Peu à peu le doute va la tarauder. Tout indique que son mari est coupable et qu’elle ne connaît pas celui qu’elle a épousé peut-être trop vite après leur coup de foudre réciproque.

La vérité n’apparaîtra qu’à la dernière minute alors que durant tout le roman le lecteur se sera lui aussi laissé prendre au jeu des apparences et perdre dans un dédales de possibilités plus accablantes les unes que les autres pour le mari trop brillant.

Dans ce livre au suspens psychologique très élaboré, les personnages centraux de l’intrigue, meurtrier compris sont en place dès les premières pages et Patricia MacDonald démontre une fois de plus son talent pour élaborer une histoire subtilement complexe où l’horreur s’invite dans un bonheur trop parfait. Comme s’il était impossible pour ses héros de vivre tranquillement loin du doute qui mine et emballe la machine de la suspicion. C’est comme souvent infernal et très réussi.

 

Brigit Bontour